Le Président Akufo-Addo lance le Système panafricain de paiement et de règlement, qui devrait permettre à l’Afrique d’économiser 5 milliards de dollars US par an

Categories: Communiqués de presse, Press Releases

Accra, 13 janvier 2022 : – Le Président du Ghana, S.E. Nana Addo Dankwa Akufo-Addo, représenté par le Vice-président, S.E. Dr Mahamudu Bawumia, a présidé aujourd’hui à Accra le lancement commercial du Système panafricain de paiement et de règlement (PAPSS), indiquant que cette plateforme révolutionnaire permettra à l’Afrique d’économiser plus de 5 milliards de dollars US par an en coûts de transaction de paiement, tout en jouant un rôle de plus en plus important dans l’accélération des transactions du continent qui sous-tendent l’opérationnalisation de la ZLECAf.

Le Président Nana Akufo-Addo a félicité Afreximbank et le Secrétariat de la ZLECAf pour la mise en place du système de paiement, qualifiant le PAPSS d’avancée majeure pour libérer le continent d’une dépendance excessive à l’égard des acteurs extérieurs et de facteur d’accélération du commerce et de l’investissement intracontinentaux, tant attendu. « Ce lancement est le résultat de plusieurs mois de dur labeur, de détermination et d’engagement en vue d’atteindre les objectifs de croissance du commerce sur le continent. Toutes les banques centrales d’Afrique doivent maintenant s’unir et assurer un transfert de fonds sans faille en déployant cette solution africaine très pratique et importante à un problème africain », a ajouté le Président Nana Akufo-Addo. Il a souligné l’importance panafricaine de l’accueil de cet événement par le Ghana, saluant son caractère symbolique dans le cadre de la lutte durement menée pour l’autodétermination économique après la décolonisation politique du continent il y a plus de 60 ans.

Le PAPSS, développé par la Banque africaine d’Import-Export (Afreximbank), devrait stimuler le commerce intra-africain en transformant et en facilitant le paiement, la compensation et le règlement des échanges transfrontaliers à travers l’Afrique.

Lors de son allocution, le Professeur Benedict Oramah, Président d’Afreximbank, a déclaré : « Nous sommes impatients de tirer parti de la création d’un marché unique africain par la Zone de libre-échange continentale africaine, et le PAPSS fournit une infrastructure de marché financier de pointe reliant les marchés africains entre eux, permettant ainsi des paiements transfrontaliers instantanés dans les monnaies locales africaines respectives pour le commerce transfrontalier. Afreximbank, en tant que principal agent de règlement du PAPSS, fournit des garanties de règlement sur le système de paiement et des facilités de découvert à tous les agents de règlement, en partenariat avec les banques centrales africaines participantes. Le PAPSS éliminera effectivement les frontières financières de l’Afrique, formalisera et intégrera les systèmes de paiement africains, tout en joue un rôle majeur dans la facilitation et l’accélération de l’énorme courbe de croissance du commerce intra-africain induite par la ZLECAf ».

La cérémonie de lancement du PAPSS a été rehaussée par la présence de S.E Olusegun Obasanjo, ancien Président de la République fédérale du Nigeria et Président du Conseil Consultatif de l’IATF, et de S.E Mahamadou Issoufou, ancien Président de la République du Niger qui est reconnu comme un champion dans l’établissement de la ZLECAf. S.E. Issoufou a salué la vision ambitieuse et la détermination des dirigeants africains à créer la plus grande zone de libre-échange du monde. Le lancement, qui a également été marqué par les interventions de S.E. Wamkele Mene, Secrétaire Général de la ZLECAf et de Godwin Emefiele, Gouverneur de la Banque centrale du Nigeria et Président du Conseil d’administration du PAPSS, s’est déroulé en présence des représentants des Présidents de l’Égypte et de l’Ouganda (et de la RDC représentant le Président de la CUA). Ces derniers ont exprimé leurs félicitations respectives et leur soutien au PAPSS, qui pourrait changer la donne du destin économique de l’Afrique.

Dans son intervention, le Directeur général du PAPSS, M. Mike Ogbalu, a souligné que le système de paiement n’est pas développé pour concurrencer ou remplacer les systèmes de paiement existants, mais plutôt pour faciliter le niveau de connectivité qui réunit tous les systèmes de paiement en un seul réseau interopérable, efficace et accessible. « Le PAPSS est conçu pour que nos monnaies retrouvent de la valeur afin de domestiquer les paiements intra-africains dans cette marche vers la prospérité africaine, tout en fournissant le lien qui relie les autres systèmes en vue d’atteindre chaque partie du continent au moment où nous nous efforçons à réaliser l’Afrique que nous voulons ».

Pour sa part, le Secrétaire général de la ZLECAf, S.E. Wamkele Mene, a magnifié le rôle et l’engagement des chefs d’État et de gouvernement du continent par le biais de l’Union africaine, soulignant que leur forte volonté politique continue d’être le fondement des avancées vers une mise en œuvre complète de la ZLECAf, qui a maintenant été fortement stimulée par le lancement commercial du PAPSS.

Selon Afreximbank, le PAPSS fournit la solution à la nature déconnectée et fragmentée des systèmes de paiement et de règlement qui ont longtemps entravé le commerce intra-africain. Avant le déploiement du PAPSS, plus de 80 % des transactions de paiement transfrontalières africaines provenant de banques africaines devaient être acheminées à l’étranger pour être compensées et réglées en utilisant des relations bancaires internationales. Cette situation posait de multiples défis, allant des retards de paiement aux inefficacités opérationnelles et aux problèmes de conformité pour les systèmes de paiement régionaux disparates.

Le PAPSS, qui a été piloté avec succès dans les six pays de la Zone monétaire ouest-africaine, offre de multiples avantages et gains d’efficacité pour les paiements commerciaux intra-africains, y compris :

  • La réduction du coût, de la durée et de la variabilité temporelle des paiements transfrontaliers à travers l’Afrique ;
  • La diminution des besoins en liquidités des banques commerciales pour les paiements transfrontaliers ; et
  • Le renforcement de la surveillance des systèmes de paiement transfrontaliers par les banques centrales.

Le PAPSS devrait également permettre une harmonisation sur tout le continent grâce à son cadre juridique, réglementaire et opérationnel complet comprenant des règles, des formats et des dispositions de gouvernance standardisés, des procédures harmonisées de connaissance du client et de lutte contre le blanchiment de capitaux, la confirmation des paiements et la finalité du règlement. Une condition préalable à la participation au PAPSS est le respect de ses règles et normes établies.

– FIN –

À propos d’Afreximbank

La Banque africaine d’Import-Export (Afreximbank) est une institution financière multilatérale panafricaine dédiée au financement et à la promotion du commerce intra et extra-africain. Afreximbank déploie des structures innovantes pour fournir des solutions de financement qui facilitent la transformation de la structure du commerce africain et accélèrent l’industrialisation et le commerce intrarégional, soutenant ainsi l’expansion économique en Afrique.  Depuis sa création, la Banque a beaucoup œuvré pour le soutien aux pays africains en temps de crise. À travers le Dispositif d’atténuation de l’impact de la pandémie sur le commerce (PATIMFA) lancé en avril 2020, Afreximbank a décaissé plus de 6,5 milliards de dollars US en 2020 afin d’aider les pays membres à amortir les effets négatifs des chocs financiers, économiques et sanitaires causés par la pandémie de COVID-19. Fervent défenseur de l’Accord sur la Zone de libre-échange continentale africaine (ZLECAf), Afreximbank a développé un système panafricain de paiement et de règlement (PAPSS) qui a été adopté par l’Union africaine (UA) comme la plateforme de paiement et de règlement devant appuyer la mise en œuvre de la ZLECAf. Afreximbank collabore avec l’UA et le Secrétariat de la ZLECAf en vue de mettre en place une Facilité d’ajustement visant à aider les pays à participer efficacement à la ZLECAf. À la fin de 2020, le total des actifs et des garanties de la Banque s’élevait à 21,5 milliards de dollars US et les fonds de ses actionnaires s’établissaient à 3,4 milliards de dollars US. La Banque a décaissé plus de 42 milliards de dollars US entre 2016 et 2020. Afreximbank est notée A- par GCR International Scale, Baa1 par Moody’s et BBB- par Fitch. La Banque a son siège social au Caire, en Égypte.

Pour de plus amples informations, veuillez visiter : www.afreximbank.com.

Suivez-nous sur Twitter | Facebook | LinkedIn | Instagram

 

Contact Presse :

Amadou Labba Sall : asall@afreximbank.com