Le Fonds pour le Développement des Exportations en Afrique (FEDA) annonce son premier closing de 670 millions de dollars déclinés à travers quatre fonds spécialisés ayant des stratégies complémentaires.

Categories: Communiqués de presse

Kigali, 27 Septembre 2022: Le Fonds pour le développement des exportations en Afrique (“FEDA”), la branche d’investissement à impact de la Banque Africaine d’Import-Export (“Afreximbank”) créée pour soutenir la croissance du commerce intra-africain, le développement des exportations à valeur ajoutée et l’industrialisation, a le plaisir d’annoncer son premier closing de 670 millions de dollars à travers ses quatre fonds spécialisés.

Sur les 670 millions de dollars levés, 270 millions de dollars seront destinés au fonds FEDA Direct Equity Fund I, qui investira en fonds propres et quasi-fonds propres conformément au mandat de FEDA.

250 millions de dollars seront alloués au Fonds d’Initiatives stratégiques, qui est un fonds captif créé par Afreximbank pour réaliser des investissements dans des projets à fort impact dans des secteurs essentiels à la croissance du commerce intra-africain et au développement des exportations à valeur ajoutée sur le continent africain.

Le fonds de dettes (Africa Credit Opportunities Fund, L.P. – «ACOF»), qui a été conjointement créé par FEDA et Gateway Partners Group, recevra 125 millions de dollars.  ACOF offrira une gamme diversifiée d’instrument de crédit qui permettront à travers ses investissements de faciliter le commerce et de soutenir la croissance en Afrique.

Le quatrième fonds de FEDA sera un fonds de capital-risque, 25 millions de dollars seront alloués à ce fonds pour des investissements en fonds propres, en quasi-fonds propres ou en dette dans des entreprises en phase de démarrage à fort impact à travers l’Afrique.

FEDA Investment Manager entend lever au total 1,3 milliard de dollars à travers ses quatre fonds d’ici 2024, avec le soutien d’investisseurs partageant les mêmes idées et valeurs.

Professeur Benedict Oramah, Président d’Afreximbank, a déclaré : “Nous sommes très heureux de ce premier closing qui constitue une première étape dans le financement du déficit en fonds propres dans le secteur du commerce en Afrique. Les différents fonds générés par FEDA faciliteront et augmenteront également les investissements directs étrangers dans les secteurs du commerce et de l’exportation en attirant des institutions de premier plan ayant un intérêt marqué pour le développement de l’Afrique.”

FEDA a également été sélectionné comme gestionnaire du Fonds d’ajustement de la zone de libre-échange continentale africaine (ZLECAf / AfCFTA). Ce fonds, qui devrait être opérationnel d’ici le premier trimestre 2023, est une collaboration entre le Secrétariat de l’AfCFTA et Afreximbank. Le fonds de l’AfCFTA fournira des capitaux aux secteurs public et privé pour faciliter la mise en œuvre de l’accord de libre-échange continental africain.

Depuis 2021, FEDA a réalisé quatre transactions dans divers secteurs notamment dans un acteur majeur de l’industrie des réseaux de fibre optique en Afrique; dans un projet d’infrastructure devant faciliter l’approvisionnement en gaz en Afrique de l’Ouest ; dans un fournisseur de services logistiques panafricain avec une forte composante technologique permettant de faciliter le mouvement efficient des marchandises à travers l’Afrique de l’Est et de l’Ouest ; et dans l’un des principaux acteurs de l’industrie des biens de consommation en Mauritanie.

À propos de FEDA

Basé à Kigali (Rwanda), le Fonds pour le Développement des Exportations en Afrique (“FEDA”) est un fonds à impact, filiale de la Banque Africaine d’Import-Export (“Afreximbank”), créé pour financer le déficit de plusieurs milliards de dollars (en particulier en fonds propres) nécessaire à la transformation du secteur du commerce en Afrique, à travers des investissements en fonds propres, en quasi-fonds propres ou en dettes.

FEDA poursuit une stratégie d’investissement multisectorielle, couvrant la chaîne de valeur du commerce intra-africain, du développement des exportations à valeur ajoutée et de l’industrie manufacturière. Ces secteurs comprennent les services financiers, la technologie, les biens de consommation, l’industrie manufacturière, le transport et la logistique, l’agroalimentaire, ainsi que les infrastructures auxiliaires favorisant le commerce, telles que les parcs industriels.

– Fin –