La réunion du Conseil d’administration du Programme des ponts commerciaux arabo-africains [Arab-Africa Trade Bridges-AATB] s’est terminée par un plan d’action pour stimuler les flux de commerce et d’investissement.

Categories: Communiqués de presse

Le Caire, 22 mars 2022 – La 3e réunion annuelle du Conseil d’administration du Programme des ponts commerciaux arabo-africains (Arab-Africa Trade Bridges-AATB), tenue récemment au Caire, en Égypte, sous la présidence du Dr Hala ElSaid, Ministre de la Planification et du Développement économique, a réuni tous les partenaires, les parties prenantes stratégiques et les acteurs des secteurs public et privé concernés afin de renforcer le rôle des chaînes de valeur régionales dans les États arabes et africains pour soutenir la ZLECAf. Cet événement marquant comprenait une table ronde sur le rôle du programme AATB dans la mise en œuvre de la ZLECAf dans les deux régions.

En particulier, un protocole d’accord a été signé par la Société islamique d’assurance des investissements et des crédits à l’exportation (SIACE) et Afreximbank. Cet accord jette les bases d’un programme dédié qui se focalisera sur le partage des risques, le renforcement du crédit pour le financement des exportations et des importations, le soutien à la transformation de la Banque en matière de numérisation, le renforcement des capacités et le marketing.

Lors de la cérémonie d’ouverture, S.E. Dr. Hala El Said, Ministre de la Planification et du Développement économique de la République arabe d’Égypte et Présidente du Conseil d’administration de l’AATB a également souligné : « La réunion de l’AATB a permis aux parties prenantes de se consulter et d’échanger des idées, des visions et des expériences réussies afin de renforcer nos efforts visant à développer les flux commerciaux et d’investissement entre les pays africains et arabes. La République arabe d’Égypte se réjouit de la coopération continue et fructueuse avec la Société internationale islamique de financement du commerce (SIFC) et d’autres partenaires stratégiques à travers le programme de l’AATB ».

« Le Programme de l’AATB vise essentiellement à promouvoir la coopération régionale et continentale en matière de commerce et d’investissements. Il promeut des domaines essentiels tels que le renforcement des capacités en soutien aux femmes dans le commerce, aux PME et aux exportateurs, tout en s’attaquant aux effets négatifs du coronavirus sur les économies arabes et africaines grâce à des interventions vitales en matière de santé et de sécurité alimentaire », a expliqué S.E. Mme Nevin Gamea, Ministre du Commerce et de l’Industrie de la République arabe d’Égypte.

Dans son discours, S.E. Dr. Majid Bin Abdullah AlKassabi, Ministre du Commerce du Royaume d’Arabie Saoudite, a déclaré : « L’Afrique est composée de 54 pays, et c’est un continent riche en ressources humaines et naturelles. Le programme de l’AATB est une merveilleuse opportunité de développement commercial pour les régions africaines et arabes, ainsi que pour connecter et faciliter les échanges commerciaux entre les pays africains. Par conséquent, nous devons utiliser toutes les ressources pour renforcer le commerce et promouvoir la résilience commerciale, et c’est ce sur quoi le programme AATB aura un impact significatif ».

M. Alamine Ousmane Mey, Ministre de l’Économie, de la Planification et de l’Aménagement du Territoire du Cameroun, a ajouté : « La Covid-19 et les récents développements géopolitiques ont montré que nous devons renforcer nos liens et le commerce entre les pays membres de l’OCI. Au Cameroun, nous nous sommes engagés à poursuivre un développement durable et inclusif à travers notre stratégie nationale de développement et la ZLECAf. Nous cherchons en outre à développer une transformation structurelle élevée et à nourrir le capital humain, ainsi qu’à promouvoir une plus grande interaction avec l’économie mondiale ».

Dans son allocution d’ouverture, le Professeur Benedict Oramah, Président d’Afreximbank et du Conseil d’administration de la Banque, a souligné : « Alors que le monde est en proie à des crises persistantes, des partenariats tels que le Programme des ponts commerciaux arabo-africains renforceront le monde africain et arabe pour faire face aux conséquences commerciales et économiques de ces crises, en s’efforçant d’atténuer tout impact durable ».

S.E Dr. Sidi Ould Tah, Directeur Général de la Banque arabe pour le développement économique en Afrique (BADEA), ex-Président du Comité exécutif (2017-2021) a indiqué : « L’AATB est un programme de coopération entre les pays arabes et africains. La BADEA, en tant que l’un des partenaires fondateurs de l’AATB, soutient et finance des projets d’infrastructure en Afrique qui facilitent le commerce et le développement. À travers ces efforts, nous continuerons à encourager et à soutenir les objectifs de l’AATB en vue de renforcer les opportunités de commerce et d’investissement entre les deux régions ».

L’Ingénieur Hani Salem Sonbol, PDG de l’ITFC a déclaré : « Le programme de l’AATB a permis d’atténuer les effets négatifs de la pandémie de la Covid-19 sur les secteurs de la santé et de la sécurité alimentaire. Les recherches menées par la SIFC indiquent que la ZLECAf contribuera à la création de chaînes de valeur régionales et offrira aux gouvernements l’occasion de participer à l’amélioration des compétences et à l’investissement dans les capacités productives ; ce qui accélérera le retour des régions à une croissance plus inclusive. La SIFC et ses partenaires continueront à jouer leur rôle dans le développement du commerce arabo-africain et dans la promotion d’une intégration plus forte entre les pays africains grâce à la facilitation du commerce ».

La table ronde a été rehaussée par des intervenants de haut niveau, dont des partenaires de l’AATB, des acteurs et des ministres des pays membres de l’OCI, qui se sont exprimés sur le thème ci-après : «  Les chaînes de valeur régionales et leur importance dans l’augmentation des flux de commerce et d’investissement entre les pays arabes et africains ».   Les principales conclusions de cette session ont mis en évidence les domaines d’intervention à venir au regard d’une nouvelle orientation suite à la pandémie de la Covid-19 et les principaux succès obtenus jusqu’à présent, tout en plaidant pour  le renforcement de la coopération et en promouvant l’importance des partenariats interrégionaux et le pouvoir des alliances à la lumière de la ZLECAf ».

Réagissant à la signature d’un protocole d’accord, M. Oussama Kaissi, Directeur général de la Société islamique d’assurance des investissements et des crédits à l’exportation (SIAICE) a déclaré : « Nous sommes impatients de mettre en œuvre ce protocole d’accord de grande envergure avec Afreximbank en vue de faciliter et promouvoir le commerce africain. Nous sommes convaincus que ce protocole d’accord consolidera davantage nos bonnes relations avec la Banque dans la poursuite de notre objectif commun de stimuler le commerce intra-arabe africain dans les pays membres de l’OCI. Pour soutenir la stimulation du commerce intra-africain entre les deux régions, la SIAICE s’appuiera sur notre gamme éprouvée de solutions de dé-risque et de renforcement du crédit ».

« La Société islamique pour le développement du secteur privé (SID) souhaite soutenir le programme de l’AATB en promouvant et en augmentant les flux d’investissement entre les pays membres africains et arabes. La SID pilotera le pilier « Investissement » du programme de l’AATB, qui vise à mobiliser et à allouer des ressources à des investissements à fort impact dans les pays arabes et africains », a affirmé M. Ayman Sejiny, PDG de la Société islamique pour le développement du secteur privé

S’exprimant sur le potentiel de la chaîne de valeur arabo-africaine, M. Wamkele Mene, Secrétaire général de la Zone de libre-échange continentale africaine (ZLECAf), a souligné : « Le continent africain contribue pour moins de 3 % au commerce et à la production au niveau mondial et pour moins de 2 % au PIB mondial ; ce qui est largement dû au déficit de capacité industrielle.  Ce partenariat régional est l’occasion pour nous tous d’identifier les chaînes de valeur essentiels pour des investissements dans le secteur productif afin de créer des emplois sur le continent africain ».

En marge de la 3e réunion annuelle du Conseil d’administration, une visite à la Cité de la médecine en Égypte a été organisée pour présenter les capacités de l’Égypte dans la production de la chaîne d’approvisionnement en médicaments. L’industrie des soins de santé en Afrique est d’une grande importance pour le programme de l’AATB, et cela se reflète dans «l’harmonisation des normes pharmaceutiques » de l’AATB, qui vise à stimuler la fabrication de produits et services pharmaceutiques locaux de haute qualité.

Depuis son lancement en 2017, le Programme des ponts commerciaux arabo-africains est devenu la principale plateforme pour stimuler le commerce entre l’Afrique et les régions arabes, avec des initiatives importantes qui renforcent la croissance et la prospérité des pays bénéficiaires.

FIN

À propos du programme des ponts commerciaux arabo-africains [Arab-Africa Trade Bridges –AATB] 

L’AATB est un programme multi-donateurs, multi-pays et multi-organisations, visant à promouvoir et à augmenter les flux commerciaux et d’investissement entre les pays membres africains et arabes ; à fournir et à soutenir le financement commercial et l’assurance-crédit à l’exportation ; et à améliorer les outils existants de renforcement des capacités liées au commerce. Le programme se concentre spécifiquement sur les secteurs clés de l’agriculture et des industries connexes, y compris les textiles ; l’industrie de la santé, en particulier les produits pharmaceutiques ; les infrastructures et les transports ; et la pétrochimie, les matériaux de construction et la technologie. 

À propos de la Société internationale islamique de financement du commerce (SIFC) :

La Société internationale islamique de financement du commerce (SIFC) est membre du groupe de la Banque islamique de développement (BIsD). Elle a été créée avec l’objectif principal de développer le commerce entre les pays membres de l’OCI, en vue de contribuer, en définitive, à l’objectif global d’amélioration des conditions socio-économiques des populations à travers le monde. Opérationnelle depuis janvier 2008, la SIFC a fourni 61 milliards de dollars US à titre de financement aux pays membres de l’OCI, devenant le principal fournisseur de solutions commerciales aux besoins des pays membres. Son objectif étant de devenir un catalyseur du développement du commerce au profit des pays membres de l’OCI et au-delà, la SIFC aide les entités des pays membres à obtenir un meilleur accès au financement du commerce. De Parallèlement, elle leur fournissant les outils nécessaires au renforcement des capacités liées au commerce, afin de leur permettre d’être compétitives sur le marché mondial.

À propos d’Afreximbank :

La Banque africaine d’Import-Export (Afreximbank) est une institution financière multilatérale panafricaine dédiée au financement et à la promotion du commerce intra et extra-africain. Afreximbank déploie des structures innovantes pour fournir des solutions de financement qui facilitent la transformation de la structure du commerce africain et accélèrent l’industrialisation et le commerce intrarégional, soutenant ainsi l’expansion économique en Afrique.  Depuis sa création, la Banque a beaucoup œuvré pour le soutien aux pays africains en temps de crise. À travers le Dispositif d’atténuation de l’impact de la pandémie sur le commerce (PATIMFA) lancé en avril 2020, Afreximbank a décaissé plus de 7 milliards de dollars US en 2020 afin d’aider les pays membres à amortir les effets négatifs des chocs financiers, économiques et sanitaires causés par la pandémie de COVID-19. Fervent défenseur de l’Accord sur la Zone de libre-échange continentale africaine (ZLECAf), Afreximbank a développé un système panafricain de paiement et de règlement (PAPSS) qui a été adopté par l’Union africaine (UA) comme la plateforme de paiement et de règlement devant appuyer la mise en œuvre de la ZLECAf. Afreximbank collabore avec l’UA et le Secrétariat de la ZLECAf pour développer une Facilité d’ajustement en vue d’aider les pays à participer efficacement à la ZLECAf. À la fin de 2020, le total des actifs et des garanties de la Banque s’élevait à 21,5 milliards de dollars US et les fonds de ses actionnaires s’établissaient à 3,4 milliards de dollars US. La Banque a décaissé plus de 42 milliards de dollars US entre 2016 et 2020. Afreximbank est notée A- par GCR International Scale, Baa1 par Moody’s A- par Japan Credit Rating Agency (JCR) et BBB- par Fitch. La Banque a son siège social au Caire, en Égypte.

Pour de plus amples informations, veuillez consulter : www.afreximbank.com

Suivez-nous sur Twitter | Facebook | LinkedIn | Instagram

À propos de la Société islamique pour le développement du secteur privé (SID) :

La Société islamique pour le développement du secteur privé (SID) est une institution financière multilatérale de développement, filiale du Groupe de la Banque Islamique de Développement (BID). La SID a été créée en Novembre 1999 pour soutenir le développement économique de ses pays membres à travers l’octroi de fonds pour les projets privés, la promotion de la concurrence et l’esprit d’entreprise, la fourniture de services consultatifs aux gouvernements et aux sociétés privées et l’encouragement des investissements transfrontaliers. La SID est notée A2 par Moody’s, A par S&P et A+ par Fitch. La SID établit et renforce les relations de coopération et de partenariat dans le but de mettre en place des financements conjoints ou collectifs. Elle applique également la technologie financière (Fintech) pour rendre le financement plus efficace et plus complet.

À propos de la Société islamique d’assurance des investissements et des crédits à l’exportation (SIAICE) :

La SIAICE est membre du groupe de la Banque islamique de développement (BIsD). La SIACE a été créée en 1994 pour renforcer les relations économiques entre les pays membres de l’OCI. Depuis sa création, l’utilisation de ses services par les pays membres a atteint 106,34 milliards USD de commerce et d’investissements. La couverture de la SIACE a été fournie à ses 47 pays membres à travers le monde musulman, contribuant ainsi à leur prospérité, leur développement et leur diversification économiques. La SIACE est notée Aa3 par Moody’s pour sa solidité financière, avec une perspective stable. La vision de la SIACE est d’être reconnue comme le catalyseur privilégié du commerce et de l’investissement pour un développement économique durable dans les pays membres. Sa mission est de faciliter le commerce et l’investissement entre les pays membres et le monde entier en fournissant des outils d’atténuation des risques et des solutions financières conformes à la charia.

À propos de la Banque Arabe pour le Développement Économique en Afrique (BADEA) :

La Banque Arabe pour le Développement Économique en Afrique (BADEA) a été créée conformément à la résolution de la Sixième Conférence du Sommet Arabe, tenue à Alger, le 28 Novembre 1973. Elle a commencé ses activités en mars 1975. Son siège permanent est à Khartoum capitale de la République du Soudan. La BADEA est une institution financière détenue par dix-huit pays arabes membres de la Ligue des États Arabes (LEA) qui ont signé son Accord de Création le 18 février 1974. La Banque est une institution internationale indépendante jouissant d’un statut juridique international complet et d’une autonomie totale en matière administrative et financière. Elle est régie par les dispositions de son Accord de création et les principes du droit international.

Contactez-nous via :

Twitter: @aatb_program 

Facebook: @aatbprogram  

Courriel : aatb@itfc-idb.org