Le séminaire d’Afreximbank sur le financement du commerce vise à renforcer les capacités, les connaissances et l’innovation de l’Afrique dans ce domaine

Categories: Communiqués de presse

Caire, 10 décembre 2021 : – La mise en œuvre de la Zone de libre-échange continentale africaine (ZLECAf) stimulera l’industrialisation de l’Afrique et la résilience à long terme de la chaîne d’approvisionnement, a déclaré mardi M. Amr Kamel, Vice-Président exécutif d’Afreximbank chargé du Développement des affaires et des Services bancaires aux entreprises, à l’occasion de l’ouverture du séminaire annuel de la Banque sur le financement du commerce (ATFS).

Accueillant les participants au séminaire de deux jours qui se tient virtuellement cette année, M. Kamel a déclaré qu’en s’attaquant à la fragmentation des économies africaines, la ZLECAf devrait favoriser l’intégration régionale et le commerce intra-africain, en vue de contribuer à la stimulation de l’industrialisation et au renforcement de la résilience à long terme de la chaîne d’approvisionnement.

Il a indiqué que le secteur de l’exportation hérité des anciennes puissances coloniales de l’Afrique a effectivement conduit à la disparition de l’industrie africaine et créé une dépendance à l’égard des produits manufacturés importés. M. Kamel a, en outre, souligné que la création de la ZLECAf a marqué un changement stratégique des petits marchés fragmentés à travers l’Afrique vers des marchés régionaux qui offrent de plus grandes possibilités d’économies d’échelle et de déploiement de l’intégration régionale pour stimuler le commerce et le développement.

« Les dirigeants du continent et ses habitants ont reconnu que travailler collectivement était le meilleur moyen d’inverser la tendance qui a vu l’Afrique se cantonner à une part de 3 % du commerce mondial, à 15 % du commerce intra-africain et à l’un des paniers d’exportation les moins diversifiés du monde », a fait remarquer M. Kamel.

Il a toutefois rappelé « qu’un défi majeur pour la ZLECAf est le déficit élevé de financement du commerce, estimé à 82 milliards de dollars US, selon une récente enquête sur le financement du commerce menée conjointement par Afreximbank et la BAD » ; tout en précisant que « ce manque de financement adéquat du commerce est un obstacle non tarifaire majeur au commerce et peut entraver le plein potentiel commercial de la ZLECAf ».

Kamel a fait part de la série de mesures prises par Afreximbank pour soutenir le commerce africain et la mise en œuvre de la ZLECAf, notamment en aidant à combler les lacunes en matière de financement et de connaissances sur le marché africain du financement du commerce.

Il a, par ailleurs, ajouté que l’ATFS de cette année comporterait « un programme éducatif compétitif, axé sur le secteur, qui permettra aux banquiers, aux entreprises et aux professionnels africains de comprendre tous les aspects du commerce international, y compris le financement du commerce international ».

L’événement s’est déroulé sous le thème « Stimulation du commerce : Le financement du commerce africain à l’ère de la ZLECAf », la rencontre a donné lieu à des présentations et des débats d’experts sur un large éventail de sujets liés au financement du commerce, notamment la manière dont la pandémie de la COVID-19 et l’abandon du LIBOR affectent le financement du commerce. Les discussions ont également porté sur l’affacturage, les innovations en matière de financement structuré du commerce et des matières premières, la numérisation du commerce et le rôle de l’information commerciale dans la réduction des risques. Les participants ont en outre pris connaissance des avantages qu’ils peuvent tirer du système panafricain de paiement et de règlement d’Afreximbank et du référentiel MANSA de la Banque pour la diligence raisonnable des clients.

Les délégués ont participé à une série d’ateliers virtuels sur les syndications et les agences, spécialement conçus pour permettre aux banquiers, aux négociants et aux financiers d’améliorer leurs connaissances. Ces ateliers portaient sur des sujets tels que le processus de syndication, l’association du marché des prêts et les documents financiers associés, les fonctions d’agence de prêts et de fiduciaire de sécurité, les syndications et les fonctions d’agence en tant que produits dans le cadre de l’organisation globale des institutions financières.

Le séminaire d’Afreximbank sur le financement du commerce, qui en est à sa 21e édition, a attiré plus de 500 participants, dont des cadres supérieurs de banques africaines, d’institutions financières, d’institutions de régulation, de fonds spéculatifs, de fonds pour l’Afrique, d’institutions de capital-risque, d’entreprises engagées dans le commerce, la fabrication et les projets d’infrastructure privatisés, d’intermédiaires de financement du commerce d’Afreximbank, de cabinets d’avocats africains et de compagnies d’assurance.

– Fin –

À propos d’Afreximbank: La Banque africaine d’Import-Export (Afreximbank) est une institution financière multilatérale panafricaine dédiée au financement et à la promotion du commerce intra et extra-africain. Afreximbank déploie des structures innovantes pour fournir des solutions de financement qui favorisent la transformation de la structure du commerce africain et accélèrent l’industrialisation et le commerce intrarégional, soutenant ainsi l’expansion économique en Afrique.  La Banque a une riche histoire en matière de soutien aux pays africains en temps de crise. Grâce au Dispositif d’atténuation de l’impact de la pandémie sur le commerce (PATIMFA) lancé en avril 2020, Afreximbank a décaissé plus de 6,5 milliards de dollars US en 2020 pour aider les pays membres à amortir les effets négatifs des chocs financiers, économiques et sanitaires causés par la pandémie de COVID-19. Fervent défenseur de l’Accord sur la Zone de libre-échange continentale africaine (ZLECAf), Afreximbank a développé un système panafricain de paiement et de règlement (PAPSS) qui a été adopté par l’Union africaine (UA) pour venir en appoint à la mise en œuvre de la ZLECAf. Afreximbank collabore avec l’UA et le Secrétariat de la ZLECAf en vue de mettre en place une Facilité d’ajustement visant à aider les pays à gérer l’impact des pertes de recettes tarifaires découlant de la mise en œuvre de la zone de libre-échange continentale. À la fin de 2020, le total des actifs et des garanties de la Banque s’élevait à 21,5 milliards USD et les fonds de ses actionnaires s’établissaient à 3,4 milliards USD. La Banque a décaissé plus de 42 milliards US entre 2016 et 2020. Afreximbank est notée A- par GCR International Scale, Baa1 par Moody’s et BBB- par Fitch. La Banque a son siège social au Caire, en Égypte.

Pour de plus amples informations, veuillez consulter le site : afreximbank.com

Suivez-nous sur Twitter | Facebook | LinkedIn | Instagram

Contact Presse

Amadou Labba Sall : asall@afreximbank.com